Huile essentielle de Bois de Rose

Son bois est recherché pour sa dureté et son utilité en ébénisterie et pour la confection d’instruments de musique.
Il est utilisé par les Indiens en médecine traditionnelle amazonienne.
Le bois de rose femelle (Aniba parviflora) et le mâle (Aniba rosaeodora) ont été découverts puis exploités en Guyane dans les années 1920. Au Brésil, c’est Aniba rosaeodora var. amazonica qui a été utilisé pour l’obtention de l’huile essentielle. Quinze tonnes d’huiles essentielles ont été produites en 1926. Sa surexploitation dans les années 60 (50 000 tonnes annuelles) a menacé l’espèce de disparition et a précipité sa mise en culture. Le bois et l’huile essentielle de A. rosaeodora sont maintenant protégés par leur inscription en annexe II des listes de la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction) afin de réduire leur exploitation.
Le linalol naturel lévogyre produit par les arbres guyanais est toujours recherché par les parfumeurs.

Dénomination latine :

  • Aniba rosaeodora

Famille botanique :

  • Lauraceae

Propriétés :

  • Anti-infectieuse (légère)
  • Antibactérienne
  • Antifongique (contre les champignons ou levures parasites de l’homme ou des animaux – des infections appelées mycoses) – active contre des souches de Candida résistantes au fluconazole
  • Antivirale (maladies tropicales) – le linalol montre une forte activité contre les Adenovirus-2 (AVD-II), responsables de pharyngites, pneumonies et gastro-entérites
  • Drainage lymphatique (avec Cymbopogon martinii)
  • Cosmétologie et parfumerie : soins de peaux atones et fatiguées, fragiles ou irritées, H.E « antirides » parfaite pour le corps, raffermit les tissus, redonne de l’élasticité
  • Stimulante immunitaire
  • Antiparasitaire, antimicrobien (l’action antibactérienne est démontrée in vitro vis-à-vis de Campylobacter jejuni, Escherichia coli, Listeria monocytogenes et Staphylococcus aureus mais est inactif sur Pseudomonas aeruginosa ; il est actif sur Gardia lamblia, Leishmania amazonensis et les poux)
  • Aphrodisiaque, tonique sexuelle
  • Antistress, régulatrice émotionnelle
  • Régénératrice cutanéomuqueuse
  • Effet cutané : antalgique locale, cicatrisante, régénérante cellulaire
  • Activités sur le SNC (le linalol exerce une action complexe ; stimulante, il favorise l’apprentissage et la mémorisation en agissant sur les récepteurs nicotiniques ; sédative, il réduit l’activité motrice et potentialise le sommeil des souris prétraitées par un somnifère barbiturique, le pentobarbital ou l’hexobarbital ; anticonvulsivante, diminution de la libération de glutamate, un médiateur stimulant du cerveau ; il agit sur le récepteur du glutamate, le NMDA, en réduisant la transmission nerveuse, induisant ainsi un effet antiépileptique)
  • Antalgique (action sur les récepteurs muscariniques, opioïdes et dopaminergiques), action sur les récepteurs N-Methyl-d-aspartate (NMDA), action sur les récepteurs à glutamate
  • Anti-inflammatoire, inhibe l’œdème induit par la carragénine
  • Hypotensive, bradycardisante
  • Sédative, calmante, hypnotique
  • Anxiolytique
  • Inhibe la liaison du glutamate dans le cortex cérébral, interfère avec la transmission glutamatergique, supprime la fonction des récepteurs excitateurs du glutamate, inhibition non compétitive dose-dépendante de la liaison de [(3) H] MK801 (antagoniste du NMDA)
  • Antioxydante (inhibe la peroxydation lipidique), hypothermisante
  • Synergique avec beaucoup d’huiles essentielles
  • L’activité anti-infectieuse est majorée par une synergie entre linalol, 1,8-cinéole et hydrocarbures terpéniques
  • Antitumorale, stimule diverses cytokines : IFN-γ, IL-13, IL-2, IL-21, IL-21R, IL-4, IL-6sR, TNF-α, induit la réponse immunitaire de type Th1, inductrice d’apoptose
  • Attractive pour les pollinisateurs

Indications :

  • Infections pédiatriques bronchopulmonaires : rhino-pharyngite, bronchite, grippe
  • Infections urinaires et gynécologiques : Cystite, vaginites, leucorrhée, vulvites
  • Affections cutanées : retard de cicatrisation, eczéma, vergetures, rides
  • Mycoses cutanées, unguéales et gynécologiques
  • Dépression, surmenage, fatigue nerveuse, stress
  • Acné, escarres
  • Aphtes, bronchiolites, laryngites, cystites, impétigo, psoriasis, brûlures, vieillissement cutané

Précautions d’emploi :

  • Attention à d’éventuel effets gynécomastiants en usage prolongé, le linalol montre une activité anti-androgénique et une faible activité œstrogénique en se liant aux récepteurs aux œstrogènes. Le linalol empêche la production de testostérone, cette huile essentielle est donc à éviter au long cours chez les individus de sexe masculin
  • Potentiellement allergisante :
    • L’une des 26 substances allergènes dont la présence doit être mentionnée dès lors que leurs concentrations dépassent :
      • 0,001% pour les produits à ne pas enlever (crèmes)
      • 0,01% pour les produits à enlever par rinçage (Directive européenne, 2003)

Composants principaux majoritaires :

  • Alcools monoterpéniques : linalol 95%

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s