Huile essentielle d’Ail

La culture de l’ail remonterait à plus de 6000 ans (Asie du Sud-Ouest, probablement). C’est l’une des plus anciennes plantes cultivées.
Les Égyptiens (2000 av. J.-C), qui l’élevaient au rang de divinité, s’en servaient pour préserver la santé de leurs esclaves lors de la construction des pyramides ! Ils s’en servaient également pour l’embaumement des momies.
C’était la fameuse « thériaque des paysans » de Galien !
À noter que l’ail était utilisé à titre préventif contre les épidémies de peste… En attestent les fameux masques à longs becs remplis d’ail que se mettaient les médecins du Moyen Âge, pour se protéger des effluves microbiens de leurs patients, lors des épidémies…

Dénomination latine :

  • Allium sativum L.

Famille botanique :

  • Liliaceae (Alliaceae), aujourd’hui classé dans la famille des Amaryllidaceae

Propriétés :

  • Anti-infectieuse, antibactérienne (infections respiratoires : l’H.E s’élimine partiellement par les poumons)
  • Vermifuge
  • Antiparasitaire intestinale (anthelminthique : ascaris, oxyures, tænia)
  • Anti hypertensive, avec une activité vasodilatatrice des artérioles capillaires d’après Loeper ; elle ralentit également le pouls (activité démontrée)
  • Tonique digestive qui stimule l’appétit (souvent comparé au quinquina)
  • Antispasmodique
  • Antiagrégante plaquettaire (augmente l’activité fibrinolytique et prévient l’apparition d’infarctus : activité démontrée)
  • Anticholestérolémiante (diminution du taux plasmatique des lipides mis en évidence par de nombreuses études cliniques effectuées en double aveugle contre placebo)
  • Anti hépatotoxique
  • Hormon-like (thyréostimulante, cortison-like légère), rééquilibrante glandulaire
  • Efficace contre verrues, cors et durillons, en application locale
  • Préviendrait contre la formation de tumeurs malignes, notamment au niveau de l’estomac et de l’œsophage (études chinoises et japonaises)
  • Antiputride
  • Les études d’amarrage moléculaire montrent que les composés organosulfurés de l’ail (surtout diallyl sulfide et triallyl sulfide) possèdent une activité anti coronavirus SARS-CoV-2
  • Stimule la biosynthèse des enzymes hépatiques de détoxication de phase II, surtout DATS, augmente l’activité de la glutathion-S-transférase, protège la fonction et l’intégrité des mitochondries hépatiques
  • Intérêt dans la chimio prévention des cancers, stoppe la division des cellules tumorales hépatiques (phase G2/M du cycle cellulaire), inductrice d’apoptose dans les cancers du poumon
  • Protège le foie de la toxicité des nitrosamines
  • Inhibe la croissance de Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (diallyl sulfide et diallyl disulfide)
  • S’oppose au développement de biofilms bactériens
  • Active la synthèse des récepteurs constitutifs des androstanes (constitutive androstane receptor, CAR) qui sont associés à la détoxification des cellules hépatiques exposées à des xénobiotiques comme les œstrogènes

Indications :

  • Verminoses
  • Hypertension artérielle
  • Risque vasculaire et syndrome métabolique
  • Gastrites et ulcères à Helicobacter pylori mais caustique
  • Intérêt dans les cancers ovariens et colorectaux
  • Détoxication des xénobiotiques
  • Infections digestives

Précautions d’emploi :

  • Contient du souffre
  • Mauvaise tolérance gastrique à forte dose
  • Prudence en cas d’hypothyroïdie
  • Huile essentielle dermocaustique, diluez à 20% maximum dans un corps gras
  • Ne pas diffuser
  • Contre-indiquée chez la femme enceinte ou allaitante
  • Réservée à l’adulte
  • Pas d’usage prolongé
  • Eviter le contact des yeux
  • Interactions pharmacocinétiques :
    • Aucun effet significatif sur l’activité des CYP1A2, CYP2D6 et CYP3A4, mais diminution significative de l’activité des CYP2E1 agissant sur le métabolisme de l’alcool (L’ail est classé comme non-inhibiteur du CYP3A4)
  • Inhibiteur du CYP 2C9
  • Interactions avec les médicaments employés contre le VIH (saquinavir, ritonavir)
  • Interactions pharmacodynamiques :
    • Risque théorique de variation de l’effet de certains médicaments antidiabétiques (effet additif)
    • Interactions avec l’Aspirine, les anticoagulants oraux, la warfarine et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (risque hémorragique)
      • Interrompre la consommation de compléments d’ail au moins 7 jours avant une intervention chirurgicale
  • Eviter en association avec la cortisone

Composants principaux majoritaires :

  • Composés soufrés : diallyl disulfide (DADS 60 %) et diallyl trisulfide (DATS 20 %)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s