Huile essentielle de Romarin

Dénomination latine : Capture

  • Rosmarinus officinalis

Famille botanique :

  • Lamiaceae

Propriétés :

  • Anti-inflammatoire par inhibition de la migration leucocytaire et antalgique
  • Antimicrobienne, antibactérienne, antifongique (diminue la résistance de Escherichia Coli aux antibiotiques et de Candida albicans aux antifongiques)
  • Anti-oxydante et protectrice de l’ADN
  • Expectorante, antiseptique pulmonaire

Chémotype à camphre :

  • Analgésique, relaxante des muscles lisses et striés en usage externe
  • Légèrement anesthésiante, spasmolytique, lipolytique, mucolytique, anti-lithiasique
  • Tonicardiaque, favorise les règles
  • Antiseptique pulmonaire
  • Bronchodilatatrice, expectorante
  • Stimulante cardiorespiratoire
  • Par voie externe : Rubéfiante, révulsive, analgésique, antiprurigineuse
  • Anaphrodisiaque, insecticide
  • Anti-infectieuse locale
  • Oxygénante respiratoire, active dans les bronchites
  • Antibactérienne (activité vis-à-vis d’Actinomadura madurae pouvant induire des actinomycétomes)
  • Antivirale
  • Anti-inflammatoire (avec une action de stimulation adrénergique, chondroprotecteur)
  • Cortisone-like, action sur le burn-out
  • Thermogène par voie locale
  • Anesthésiante locale
  • Bactéricide, fongicide, virucide
  • Immunomodulante
  • Neurotonique ou sédative
  • Spasmolytique, anti-nociceptive
  • Vasodilatatrice, insectifuge
  • Anti-angiogénique (cellules leucémiques), inducteur d’apoptose (fragmentation de l’ADN)
  • Activité anti-cholinestérasique intéressante
  • Immunostimulante

Chémotype à verbénone : 

  • Lypolitique, hépato-protectrice à faible dose, équilibrante neuroendocrinienne (régulation hypophyso-ovarienne et hypophyso-testiculaire)
  • Détoxifiante hépatique, antidépressive, antivirale
  • Progestérone-like
  • Mucolytique et expectorante, oxygénante respiratoire, active dans les bronchites
  • Antibactérienne (activité vis-à-vis d’Actinomadura madurae pouvant induire des actinomycétomes)
  • Antivirale
  • Antiseptique
  • Anti-inflammatoire (avec une action de stimulation adrénergique, chondroprotecteur)
  • Cortisone-like, action sur le burn-out
  • Thermogène par voie locale
  • Bronchodilatatrice, inhibe le bronchospasme induit par l’histamine
  • Antiagrégante
  • Insecticide
  • Traitement des pathologies broncho-pulmonaires dues à une inflammation et/ou une infection accompagnées d’une obstruction des voies respiratoires
  • Analgésique central et périphérique
  • Induit une relaxation par le SN végétatif

Chémotype à cinéole : 

  • Expectorante, antiseptique pulmonaire, révulsive
  • Asséchante des muqueuses respiratoires, mucolytique, améliore la clairance muco-ciliaire
  • Anti-inflammatoire bronchique et antiasthmatique
  • Antalgique par un effet non opioïde, action sur les cellules mastocytaires
  • Anti-angiogénique (cellules leucémiques), inductrice d’apoptose (fragmentation de l’ADN)
  • Activité anti-cholinestérasique intéressante
  • Immunostimulante

Indications :

Chémotype à camphre :

  • Maladies rhumatismales, douleurs articulaires, contractures musculaires par voie locale, hypertension cérébrale, faiblesse cardiaque, crise de goutte
  • Refroidissement, toux, allergies, asthme
  • Rhumatismes, tendinites, contractures musculaires par voie externe
  • Hypersécrétion bronchique
  • Arthrose, troubles articulaires
  • Bronchites et bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO), rhinites, sinusites, allergies respiratoires

Chémotype à verbénone :

  • Cellulite, surcharge métabolique, otites, sinusites, insuffisance hépatobiliaire, entérite virale
  • Bronchites aiguës et chroniques, BPCO
  • Hypersécrétion bronchique
  • Arthrose, troubles articulaires

Chémotype à cinéole :

  • Affections ORL et broncho-pulmonaires, sinusites, bronchites, asthme, asthénie
  • Surmenage, cheveux fatigués, pellicules, chute de cheveux
  • Bronchites et bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO), rhinites, sinusites, allergies respiratoires

Précautions d’emploi :

  • Prudence chez les asthmatiques chroniques
  • Dermocausticité (ne pas utiliser à l’état pur, toujours diluer)
  • Risque de photosensibilisation (pas d’exposition solaire)
  • Risque de néphrotoxicité per os
  • Risque de neurotoxicité à fortes doses (peut induire des crises d’épilepsie, convulsions, nausées, vomissement)
  • Contre-indiquée chez la femme enceinte (abortive) ou allaitante et chez l’enfant de moins de 6 ans
  • Ne pas diffuser, inhaler, ni mettre dans le bain
  • Contre-indiquée chez les personnes atteintes de maladies auto-immunes, chez les épileptiques, les personnes âgées, neuro-déficientes ou atteintes de parkinson
  • Pas d’usage interne (ct camphre et ct verbénone)
  • Usage per os uniquement sur ordonnance médicale
  • Traitement de courte durée
  • Induction du cytochrome P450, risque d’interactions médicamenteuses
  • Le ct à camphre ne doit pas être appliqué sur les narines des nourrissons, même en petites quantités, car cela pourrait provoquer un effondrement immédiat
  • Nocive en cas d’ingestion, toxicité aiguë par voie orale
  • Nocive par inhalation, toxicité aiguë par voie olfactive
  • Risque avéré d’effets graves pour les organes à la suite d’expositions répétées ou d’une exposition prolongée, toxicité spécifique pour certains organes cibles, exposition répétée (ct camphre)
  • Risque d’irritations de la peau, des yeux et des voies respiratoires (par voie olfactive)-ct camphre
  • Risque de cancérogénicité (alpha-pinène)
  • Peut produire une gastrite hémorragique pure per os
  • L’exposition à de fortes doses peut être mortelle en cas d’ingestion et de pénétration dans les voies respiratoires (les symptômes associés à ce composé sont les suivants: brûlure épigastrique avec nausée et généralement vomissements; vertige; ataxie; faiblesse musculaire; stupeur; pâleur; et parfois – cyanose, stridor et myosis respiratoires. Un délire et parfois des convulsions peuvent survenir. Les symptômes peuvent être retardés de 24 heures, rarement)- ct camphre
  • Eviter en assocation avec la cortisone (ct- camphre)
  • Eviter en association avec la progestérone et/ou la cortisone (ct- verbénone)

Composants principaux majoritaires :

Chémotype à camphre :

  • Cétones: camphre 30 %
  • Monoterpènes: alpha-pinène 25 %
  • Monoterpénols: alpha-terpinéol 12 à 24 %
  • Oxydes : 1,8 cinéole 15 à 30 %

Chémotype à verbénone :

  • Monoterpènes: alpha-pinène (15 à 34 %)
  • Cétones: camphre (1 à 17 %), verbénone (15 à 37 %)
  • Esters: acétate de bornyle 12 %

Chémotype à cinéole :

  • Oxydes: 1,8 cinéole 45 %
  • Monoterpènes: alpha-pinène 10 %, béta-pinène 8 %, béta-caryophyllène 3 %
  • Cétones : camphre 8 %

2 réflexions sur “Huile essentielle de Romarin

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s