Huile essentielle de Marjolaine à coquilles

Dénomination latine :

  • Origanum majorana L.

Famille botanique :

  • Lamiaceae

Organe producteur :

  • Parties aériennes fleuries

Propriétés :

  • Tonique et calmante, dynamise et détend
    • Donne les moyens d’affronter les difficultés d’une façon paisible et décontractée
    • Tonique physique, réveille l’envie d’agir, donne l’impulsion, n’invite pas au sommeil (tonifie surrénale et thyroïde)
    • pƩ + puissante
  • Neurotonique et rééquilibrante générale, de toutes les formes d’excès
  • Antalgique, anti-inflammatoire (effet lié à l’inhibition des cytokines pro-inflammatoires et une activité diurétique)
  • Stimulante gastrique, régulatrice d’appétit
  • Antiasthénique
  • Régulatrice des voies respiratoires
  • Tonique circulatoire chez la jeune femme
  • Antispasmodique
  • Anaphrodisiaque
  • Antimicrobienne (effet mis en évidence vis-à-vis de staphylocoques, Pseudomonas aeruginosa, Escherichia coli et Propionobacterium acnes)
  • Antifongique (effet montré vis-à-vis de Candida albicans, Trichophytons impliqués dans le pied d’athlète ou dans la mycose des ongles, de Microsporum responsable des teignes tondantes et de Pityriasis versicolor, des levures impliquées dans la dépigmentation)
  • Antivirale (effet mis en évidence vis-à-vis de l’herpès)
  • Hypotensive, vasoconstrictrice
  • Hépatostimulante
  • Cortison-like, stimulante de l’axe hypophyso-corticosurrénalien, intéressante dans les états inflammatoires prolongés
  • Potentialités dans la maladie d’Alzheimer
  • Action vraisemblable des composés volatils sur les récepteurs olfactifs de la muqueuse nasale, induisant une impulsion nerveuse au bulbe olfactif, puis à l’hippocampe, lié aux fonctions d’apprentissage et de mémoire
  • Protège de la toxicité rénale et hépatique de l’acétate de plomb

Indications :

  • Manque de tonus
  • Infections respiratoires (sinusite, rhume, bronchite, grippe) et intestinale (diarrhée)
  • Neurasthénie, psychoses légères
  • Epilepsie
  • Asthme nerveux
  • Boulimie, anorexie
  • Asthénies générales et psychiques
  • Perd d’athlète, mycose des ongles
  • Acrosyndrome
  • Acné
  • Trouble du sommeil
  • Tachycardie
  • Herpès labial
  • Arythmies, tendance syncopale, dyspnées émotives
  • Troubles digestifs, colopathies et colites par effet anti-inflammatoire et inhibition des cytokines IL-1β, IL-6, GM-CSF et TNFα
  • Ulcères, gastrites à Helicobacter pylori en association avec la canneberge par inhibition vraisemblable de l’uréase (qui transforme l’urée en ammoniac toxique pour la muqueuse gastrique) et inhibition de la proline déshydrogénase au niveau de la membrane plasmique
  • Vertiges
  • Dystonies neuro-végétatives de tout type :
    • Respiratoire : dyspnée, toux spasmodiques
    • Cardio-vasculaire : hypertension, palpitations, extrasystoles
    • Digestif : aérophagie, dyspepsie, flatulence, gastrite
    • Sexuel : obsession, éréthisme
    • Nerveux : hyperkinésie, stress, angoisse, dépression, vertiges, irritabilité, agitation
  • Crampes et contractures musculaires
  • Lumbago, sciatique, rhumatisme

Précautions d’emploi :

  • Contre-indiquée chez la femme enceinte ou allaitante ainsi que chez l’enfant de moins de 7 ans
  • Neurotoxique à forte dose
  • Ne pas associer avec la cortisone, risque d’interaction médicamenteuse
  • Dermocaustique, irritation cutanée possible à l’état pur

Composants principaux majoritaires :

  • Monoterpènes 45% : gamma-terpinène (17%), α-terpinène (10%)
  • Monoterpénols 45% : terpinéol-4 (25-35%), cis et trans thuyanol-4 (10%)

Un peu d’histoire :

En Egypte ancienne (il y a 3000 ans), celle des pharaons, où elle est déjà cultivée, la marjolaine est la plante dédiée à Osiris.

Elle était réputée antiseptique digestive et efficace dans les refroidissements. Dioscoride (Ier siècle) lui reconnaît une action contre les maux de tête.

Dans l’Enéide, la mythologie rapporte qu’Aphrodite, déesse de l’amour et de la fécondité, guérit les plaies d’Enée, son fils, pendant la guerre de Troie, grâce à la marjolaine qu’elle cueillit sur le mont Ida (Crète).

Dioscoride et Pline lui attribuaient déjà des propriétés curatives encore valables de nos jours !

La médecine traditionnelle l’utilisait en infusion sans sucre, pour calmer les troubles gastro-intestinaux, ou comme diurétique.

Des pommades étaient utilisées pour calmer toux et rhumes…

En médecine arabe, Ibn al-Baytar (XIIIe siècle) précise que la marjolaine est utile en usage local contre les obstructions de la tête et des narines, contre le hoquet, les migraines digestives et ferait aussi disparaître l’ivresse. Elle agirait en échauffant l’estomac et les viscères, résoudrait les gonflements, les obstructions et serait diurétique. La médecine copte, en Egypte, la recommande contre les affections des oreilles. Très prisée au Moyen Âge dans les affections nerveuses comme la paralysie, les vertiges et l’épilepsie, elle tombe dans l’oubli au XIXe siècle, période pendant laquelle son usage populaire se limite à son action stimulante sur le système digestif et antispasmodique intestinal.

En aromathérapie, Valnet (XXe siècle) la recommande dans l’anxiété, l’insomnie, l’instabilité psychique et dans les troubles digestifs comme les spasmes, l’aérophagie et les gaz.

La marjolaine, appelée aussi marjolaine des jardins, est appréciée fraîche, comme épice, dans le bassin méditerranéen et en Europe de l’Est.

La marjolaine est paraît-il symbole d’amour, de bien-être et de bonheur. C’est pour cette raison qu’elle est associée à la déesse Aphrodite. Elle aurait été créée par Vénus pour soigner les blessures causées par les flèches de Cupidon.

La marjolaine est originaire de Chypre et de Turquie. Depuis l’Asie mineure, la plante aromatique prisée se répandit dans tout le bassin méditerranéen où elle n’était pas seulement cultivée comme épice mais également pour ses vertus médicinales. Dioscoride, un médecin romain, mentionnait déjà la marjolaine, en 50 après J-C., dans son ouvrage médical « De materia medica ». Il pensait que l’herbe avait un effet de longévité et la recommandait pour assaisonner les plats de manière saine.

Aujourd’hui, la marjolaine est importée de Hongrie et d’autres pays des Balkans. Plus de 40 variétés de l’herbe aromatique vivace sont désormais connues. Les plus courantes en Allemagne se nomment fête de la récolte, marjolaine à feuilles et marjolaine allemande. Une variété de très bonne qualité vient de Thuringe.

La marjolaine portant l’appellation « qualité d’Aschersleben » est appréciée mondialement et le lien entre cette région et l’herbe aromatique est unique. On y couronne régulièrement le roi de la marjolaine – avec une couronne de marjolaine, bien sûr !

Nous traiterons avec circonspection l’origine de la terre natale de la marjolaine, puisque certains la disent asiatique, d’autres africaine. Qu’importe, elle aura su apporter ses charmes au pourtour méditerranéen depuis l’Antiquité. Chez les Égyptiens, elle est cultivée depuis 3 000 ans, ce qui est toujours le cas à l’heure actuelle. En effet, on trouve sur le marché européen des huiles essentielles de marjolaine à coquilles cultivée en Égypte. À l’époque des anciens Égyptiens, la marjolaine était qualifiée de plante d’Osiris.

On parle aussi de marjolaine au temps de Mithridate, autant pour ses vertus médicinales que pour la qualité de son parfum. Hyménée, dieu grec du mariage, portait une couronne de marjolaine, de fait, es Grecs et les Latins confectionnaient des couronnes de marjolaine destinées aux jeunes époux, ce que la symbolique crétoise de cette plante – l’honneur – accrédite, puisque cette plante est censée éloigner les séducteurs.

Lors de l’Antiquité, la marjolaine, sous forme de poudre, de décoction ou de potion vineuse, est déjà considérée comme diurétique, emménagogue et sternutatoire. La médecine, certes, mais aussi la cuisine, comme l’atteste sa présence au sein du De re coquinaria d’Apicius au IVe siècle ap. J.C. D’ailleurs, au Moyen-Âge, on trouve très souvent le nom de la marjolaine dans le Mesnagier de Paris, un traité culinaire du XIVe siècle. Mais, avant cela, on rencontre la marjolaine sous la plume d’Albert le Grand qui, selon toute apparence, connaissait bien cette plante. En effet, il indique des propriétés médicinales reconnues (apéritive, résolutive, fortifiante). Elle est aussi conviée pour des emplois parallèles (aromatiser les vins, conserver la charcuterie).

Bien qu’on ait dit que la marjolaine aura été un des nombreux souvenirs des Croisades, sa culture en Europe occidentale n’est pas attestée avant le XVIe siècle. Matthiole et Pauli parlent d’elle, Lémery sera peut-être le dernier, au XVIIe siècle, à faire état de son cas, puis elle tombera lentement dans l’oubli jusqu’à être quasiment inemployée au XIXe siècle.

La marjolaine est une plante annuelle, voire bisannuelle, sous nos latitudes, mais reste vivace sous un climat plus chaud. Par exemple, en Tunisie, elle est utilisée comme culture intercalaire dans les rangs d’oliviers et atteint facilement plus d’un mètre, alors qu’en France elle dépasse rarement la moitié. Elle est dite semi-rustique. Bien qu’elle supporte des températures pouvant descendre jusqu’à – 7° C, elle craint le froid et l’humidité comme le thym et la sauge, alors que la sécheresse ne lui fait pas peur.


Une réflexion sur “Huile essentielle de Marjolaine à coquilles

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s