Huile essentielle d’Estragon

Dénomination latine : Capture

  • Artemesia dracunculus

Famille botanique :

  • Asteraceae

Propriétés :

  • Antispasmodique des muscles lisses, anti-inflammatoire
  • Antalgique, antiallergique, antibactérienne (Staphylococcus aureus, Escherichia coli, Pseudomonas sp.), antivirale
  • Anti-fermentaire, antiseptique intestinale, antifongique
  • Stomachique, apéritive, carminative, anticonvulsivante
  • Sédative, tonique psycho-émotionnelle et anti-stress
  • Activité anticholinestérasique intéressante (les substances actives permettant d’augmenter l’activité cholinergique au niveau du système nerveux central (SNC) sont utilisés pour traiter la démence de type Alzheimer. Il existe une diminution de neurones cholinergiques au niveau du cortex et de l’hippocampe chez les patients atteints de ce type de démence. Les inhibiteurs de la cholinestérase entraînent une augmentation des niveaux d’acétylcholine au niveau des synapses neuronales en inhibant l’enzyme responsable de la dégradation de l’acétylcholine favorisant ainsi une augmentation de la transmission cholinergique).
  • Antispasmodique neuromusculaire
  • Spasmolytique intestinale

Indications :

  • Spasmes digestifs, surtout œsophagiens (hoquet)
  • Aérophagie, nausées, vomissements chroniques
  • Colites inflammatoires, colites spasmodiques
  • Spasmophilie, dystonie neurovégétative
  • Dysménorrhées, douleurs prémenstruelles, spasmes gynécologiques
  • Névralgies, sciatiques, crampes, asthme allergique et nerveux

Précautions d’emploi :

  • Déconseillée pendant la grossesse ou l’allaitement
  • Pas d’usage prolongé
  • Irritation cutanée (dermocaustique à l’état pur, toujours diluer)
  • Hépatotoxique per os
  • Interdite chez l’enfant
  • Risque cancérogène et mutagène (méthyl-chavicol)
  • Nocive en cas d’ingestion, toxicité aiguë par voie orale
  • Peut provoquer une allergie cutanée

Composants principaux majoritaires :

  • Phénol méthyl-éther: 70 % de méthyl-chavicol (= estragole), anéthole
  • Coumarines: aesculétineherniarinescoparonescopolétine
  • Alkamides: pellitorinenéopellitorine A et néopellitorine B
  • Monoterpènes: trans-béta-ocymène et cis-béta-ocymènegamma-terpinène

Dans les estragons d’origine russe : sabinèneméthyl-eugénolélémicineiso-élémicine

Dans l’estragon d’origine turque : (Z)-anéthole 81 %, (Z)-béta-ocimène 6,5 %, (E)-béta-ocimène 3,1 %, limonène 3,1 %, méthyleugénol 1,8 %

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s