Huile essentielle de Laurier commun

Dénomination latine : Capture

  • Laurus nobilis

Famille botanique :

  • Lauraceae

Propriétés :

  • Anti-infectieuse à tropisme pulmonaire et ORL, activité anti-biofilm vis-à-vis de Staphylococcus aureus
  • Antibactérienne vis-à-vis d’Escherichia coli, Listeria monocytogenes, Salmonella typhimurium, Staphylococcus aureus
  • Antivirale, antifongique, mucolytique et expectorante par stimulation des glandes exocrines des muqueuses respiratoires
  • Antalgique et antinévralgique, anti-inflammatoire
  • Antiépileptique, diminue les convulsions induites par les électrochocs provoqués par le pentylenetetrazole
  • Antidiabétique, hypoglycémiante, anti-oxydante
  • Antiproliférative vis-à-vis de cellules leucémiques (leucémie myéloïde chronique) et des cellules du cancer du sein (adénocarcinome du sein)
  • Régulatrice du SN végétatif (sympathique et parasympathique) à tropisme digestif, antispasmodique par action sur les muscles lisses de la trachée vis-à-vis de l’acétylcholine, eupeptique
  • Décontracturante surtout par voie locale
  • Antihématomareuse, antiputride, insecticide sur poux, acariens, coléoptère de farine et mites
  • Expectorante, asséchante des muqueuses respiratoires, mucolytique, améliore la clairance muco-ciliaire
  • Anti-inflammatoire bronchique et antiasthmatique
  • Anti-angiogénique (cellules leucémiques), inductrice d’apoptose (fragmentation de l’ADN)
  • Activité anti-cholinestérasique intéressante
  • Immunostimulante

Indications :

  • Sinusite chronique, grippe
  • Mycoses cutanées, gynécologiques et digestives
  • Hépatites virales, acné, psoriasis, escarres, ulcères variqueux
  • Inappétence, dyspepsie, colite, flatulence
  • Gingivite, aphte, parodontose
  • Arthrite, arthrose, rhumatismes, névrite, névralgie
  • Contractures musculaires, anxiété, dépression
  • Nécrose cutanée, escarre
  • Bronchites et bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO), rhinites, allergies respiratoires

Précautions d’emploi :

  • Sensibilisation de type allergique possible
  • Prudence chez les asthmatiques chroniques
  • Contre-indiquée chez la femme enceinte ou allaitante, ainsi que chez l’enfant de moins de 6 ans
  • Pas d’inhalation
  • Usage per os uniquement sur ordonnance médicale
  • Ne pas employer à fortes doses
  • Contre-indiquée chez les personnes aux antécédents de convulsions
  • Risque d’interactions médicamenteuses
  • Le 1,8 cinéole est absorbé, puis éliminé par voie rénale et pulmonaire
  • L’exposition à de fortes doses peut être mortelle en cas d’ingestion et de pénétration dans les voies respiratoires (les symptômes associés à ce composé sont les suivants: brûlure épigastrique avec nausée et généralement vomissements; vertige; ataxie; faiblesse musculaire; stupeur; pâleur; et parfois – cyanose, stridor et myosis respiratoires. Un délire et parfois des convulsions peuvent survenir. Les symptômes peuvent être retardés de 24 heures, rarement)
  • Peut provoquer une irritation cutanée (dermocausticité)

Composants principaux majoritaires :

  • Oxydes terpéniques: 1,8 cinéole (30 à 70 %), oxyde de béta-caryophyllène
  • Alcools monoterpéniques: linalolalpha-terpinéolterpinène-1-ol-4
  • Esters: acétate de terpényleacétate de linalyle
  • Lactone sesquiterpéniquecostunolide
  • Monoterpènes: alpha-pinènebéta-pinèneparacymènesabinène
  • Sesquiterpènes: alpha-copaèneallo-aromadendrène

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s