Les cétones

Les cétones nécessitent de nombreuses précautions d’emploi du fait de leur neurotoxicité susceptible d’engendrer des convulsions parfois mortelles ainsi que des fausses couches. C’est pourquoi certaines d’entre elles restent interdites à la vente sans ordonnance.

Plusieurs groupes de cétones se distinguent en fonction du nombre de carbones qui les composent :

  • Les monocétones
  • Les dicétones
  • Les tricétones
  • Les cétones monoterpéniques
  • Les cétones non terpéniques
  • Les cétones acycliques

A faibles doses, les cétones s’avèrent anti-inflammatoires, antifongiques et antiparasitaires. Elles stimulent le système nerveux central : le camphretonicardiaque, augmente les activités physique et cérébrale. Les cétones détiennent en outre un fort pouvoir régénérant et cicatrisant de la peau et des muqueuses.

A fortes doses ou lors d’une utilisation prolongée, elles provoquent des crises d’épilepsies.

Les cétones forment d’excellents antiviraux, particulièrement efficaces sur les virus nus et à tropisme ectodermique comme l’herpès ou le papillomavirus par exemple. L’activité antibactérienne des cétones reste en revanche très limitée. L’activité antiparasitaire se traduit par un effet vermifuge à faible dose, pouvant aller jusqu’à une action vermicide à dose plus élevée.

En vue de la forte toxicité des cétones, il convient de ne jamais dépasser les doses prescrites et de tenir compte de l’effet cumulatif des doses, toutes voies confondues. Une intoxication aiguë aux cétones se traduit par les symptômes suivants :

  • Vertiges, malaises, désorientation, comportements obsessionnels, incoordination motrice, puis troubles psychosensoriels pouvant aller jusqu’au coma et au décès

Une fois la barrière hémato-encéphalique franchie, les cétones détruisent les gaines de myéline engendrant des troubles électriques au niveau des neurones. Une intoxication chronique aux cétones provoque des hémorragies gastriques et/ou une insuffisance hépatorénale avec albuminuriecylindrurie et stéatoses hépatiques et rénales.

La voie orale représente la voie d’administration la plus dangereuse tandis que les voies respiratoires et cutanées seront plus adaptées à l’administration d’H.E riches en cétones.

Les cétones possèdent un atome d’oxygène fixé par une liaison éthylénique sur un atome de carbone secondaire. Les molécules cétoniques portent le suffixe –one.

Leurs principales propriétés thérapeutiques sont :

  • Stimulantes du système nerveux central et sympathicomimétiques à doses faibles. On observe une inversion des effets en augmentant les doses avec une inhibition générale par action calmante, puis stupéfiante à posologie croissante. Cependant, des précautions s’imposent car à doses cumulatives ou élevées elles deviennent neurotoxiques (Salvia officinalis et Thuya occidentalis qui contiennent des thuyones), convulsivantes et stupéfiantes (pinocamphones de Hyssopus officinalis ssp. officinalis)
  • Mucolytiques notamment aux niveaux respiratoire et génital
  • Antiparasitaires
  • Cicatrisantes
  • Cholagogues (menthone de Mentha x piperata) et cholérétiques (carvone de Mentha spicata)

Il est important de retenir que les cétones présentent une certaine toxicité : Elles sont neurotoxiques, abortives, épileptisantes et stupéfiantes. Ces effets s’obtiennent notamment à des doses proches de celles utilisées en recherchant un effet calmant ou sédatif.

 

Molécule : Capture

  • R(-) et d(+)-Carvone

Sources :

  • H.E de carvi, H.E d’aneth, H.E de cardamome, etc.

Propriétés :

  • Spasmolytique des muscles lisses
  • Détoxifiant hépatique
  • Antalgique et anti-inflammatoire
  • Anti-cholinestérasique
  • Activité sur la libération de glutamate au niveau médullaire
  • Sédatif et antalgique
  • Activité antimicrobienne et anti-biofilm de la carvone vis-à-vis de Staphylococcus aureus
  • La carvone est l’une des cétones les moins neurotoxiques

Précaution d’emploi :

  • Irritation cutanée
  • Nocif en cas d’ingestion, toxicité aiguë par voie orale
  • Peut provoquer une allergie cutanée

 

 

Molécule : Capture

  • Menthone

Sources :

  • H.E de menthes sp., etc.

Propriétés :

  • Cholagogue et cholérétique
  • Anti-inflammatoire et immunomodulant dans les infections à Schistosoma mansoni

Précautions d’emploi :

  • Irritant cutané (dermocausticité)
  • Peut provoquer une allergie cutanée
  • Nocif pour les organismes aquatiques, entraîne des effets à long terme

 

 

Molécule : Capture

  • Verbénone

Sources :

  • H.E de romarin ct verbénone, H.E de lavande stoechade, H.E de verveine espagnole, etc.

Propriétés :

  • Expectorant, bronchodilatateur, inhibe le bronchospasme induit par l’histamine
  • Anti-inflammatoire, antiagrégant
  • Phéromone
  • Insecticide
  • Hydroxydé par le cytochrome P450 (CYP2A6)
  • Traitement des pathologies broncho-pulmonaires dues à une inflammation et/ou une infection accompagnées d’une obstruction des voies respiratoires
  • Dosage envisagé entre 10 et 100mg/jour

Précaution d’emploi :

  • La DL50 de la verbénone serait de 1800mg/kg, les premiers signes de toxicité sont les tremblements et les convulsions, puis une perte de poids et enfin une léthargie
  • Nocif en cas d’ingestion, toxicité aiguë par voie orale
  • Peut provoquer une allergie cutanée

 

 

Molécule : Capture

  • Camphre (bornéone)

Sources :

  • H.E de bois de Hô, H.E de lavande aspic, H.E de romarin ct camphre, etc.

Propriétés :

  • Antiseptique pulmonaire
  • Bronchodilatateur, expectorant
  • Stimulant cardiorespiratoire
  • Relaxant des muscles lisses et striés
  • Antalgique, antinévralgique
  • Par voie externe : Rubéfiant, révulsif, analgésique, antiprurigineux
  • Refroidissement, toux, allergies, asthme
  • Rhumatismes, tendinites, contractures musculaires par voie externe
  • Anaphrodisiaque, insecticide
  • Anti-infectieux local

Précautions d’emploi :

  • Toxicité neurologique à partir de 50 mg/kg
  • Toxique per os
  • Éviter en cas d’antécédents de convulsions, d’épilepsie
  • Non mutagène, pas de mutagénicité au test d’Ames
  • Le camphre ne doit pas être appliqué sur les narines des nourrissons, même en petites quantités, car cela pourrait provoquer un effondrement immédiat
  • Eczéma de contact possible
  • Une dose supérieure à 2g provoque une dépression du système nerveux central entraînant des convulsions, des délires hacullinatoires et la mort
  • Composé inflammable
  • Nocif en cas d’ingestion, toxicité aiguë par voie orale
  • Nocif par inhalation, toxicité aiguë par voie olfactive
  • Risque avéré d’effets graves pour les organes à la suite d’expositions répétées ou d’une exposition prolongée, toxicité spécifique pour certains organes cibles, exposition répétée
  • Irritations de la peau (dermocausticité), des yeux et des voies respiratoires (par voie olfactive)

 

Molécule : Capture

  • Alpha (toxicité +++), béta (toxicité ++)-Thuyone

Sources :

  • H.E de thuya, H.E d’armoise, H.E de tanaisie, etc.

Propriétés :

  • L’alpha-thuyone est un modulateur du récepteur de l’acide gamma-aminobutyrique de type A (GABA-A)

Précautions d’emploi :

  • Toxicité neurologique qui serait antagonisée par le trans-anéthole (présent dans la boisson à base d’absinthe)
  • 3g suffisent pour tuer un chien !
  • Convulsivant (provoque des crises épileptiformes violentes)
  • Provoque des hallucinations et une sensation de désinhibition à fortes doses per os

 

 

Autres molécules de la famille des cétones :

  • Jasmone
  • Italidione
  • Fenchone
  • Isothujone
  • Pinocamphone
  • Isopinocampone
  • Umbellulone
  • Verbénone
  • Cis- et trans- alpha-atlantone
  • Pinocarvone
  • Isomenthone
  • Cryptone
  • Pipéritone
  • Pulégone
  • Isopulégone
  • Alpha et béta-atlantone
  • Davanone
  • Germacrone
  • Erémophilone
  • Béta-vétivone
  • Alpha-cypérone
  • Alpha et béta-ionone
  • Irones
  • Méthyl-acétophénone
  • P-méthoxyphénylacétone
  • Diosphénone
  • Leptospermone
  • Etc.

2 réflexions sur “Les cétones

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s