Modalités de conservation des huiles essentielles

Capture

Une H.E présente une très bonne stabilité se conservant ainsi pendant plusieurs années. Contrairement aux hydrolats, les H.E ne contiennent pas d’eau, rendant impossible tout développement microbien. Par ailleurs, la plupart d’entre elles représentent un conservateur naturel : Elles possèdent en effet des propriétés antibactérienne et antifongique. Une bactérie ne peut ainsi survivre plus de 5 minutes au sein d’une H.E.

Bien avant l’invention du réfrigérateur, les H.E constituaient l’un des meilleurs moyens de conserver des aliments. De plus, la momification des pharaons en vue d’une bonne conservation des défunts, témoigne d’une connaissance avancée des Égyptiens concernant les capacités antimicrobiennes des H.E. (essences).

Une H.E préserve toutes ses propriétés thérapeutiques pendant environ 2 ans, excepté les H.E d’agrumes, plus fragiles. Ces dernières renferment des quantités importantes de terpènes, et de ce fait, s’oxydent plus rapidement. Elles se conservent donc entre 6 mois et 1 an. Passé ce délai, la plupart des H.E gardent leurs arômes, elles peuvent ainsi s’utiliser en diffusion ou pour l’entretien de la maison. A l’inverse, certaines H.E gagnent en qualité avec le temps : C’est le cas de l’H.E de Bois de Santal ou encore de Patchouli. Il faut donc les conserver quelque temps avant de les utiliser. Toutefois, le fabriquant se doit d’inscrire sur le flacon une DLU : Date Limite d’Utilisation, qui, dans la majorité des cas, est inférieure à 5 ans.

Utiliser une H.E au-delà de sa DLU ne présente pas de danger pour la santé. Néanmoins, l’H.E pourra s’avérer moins efficace et/ou moins odorante. L’H.E se conserve dans son flacon d’origine. La transvaser dans un autre flacon entraîne la perte d’une partie de ses vertus. L’H.E en devient donc moins efficace voir dans certains cas, selon la méthode de transvasement, totalement inefficace.

La durée de vie d’une H.E n’est pas éternelle et dépend de plusieurs critères:

  • La méthode de distillation :Toutes les essences obtenues par extraction à froid (essence d’orange, de citron, mandarine, etc.) se conservent à une température ne dépassant pas 4°C. Si un dépôt apparaît, l’essence doit être jetée.
  • Les conditions d’extraction :Respect du protocole, qualité du matériel utilisé, etc. Dans le cas d’une distillation à la vapeur, l’alambic doit subir un nettoyage rigoureux entre 2 extractions. Une distillation à vide de 6 à 8 heures avec de l’eau permet d’éliminer les dernières particules d’H.E restantes.
  • La qualité des plantes utilisées : La matière première végétale influe sur le mode d’extraction.
  • Les conditions de mise en bouteille et de stockage de l’huile

Les H.E provoquent un effet caustique sur le plastique. Un flacon en verre sera donc plus adapté, empêchant ainsi tout risque d’altération du contenant et de l’H.E. De plus, les H.E disposent d’un fort caractère volatil : La disparition des molécules plus légères modifie la composition de l’huile. Le choix d’un flacon pourvu d’un bouchon vissé et bien scellé évite ce phénomène. Un embout en caoutchouc reste à éviter fortement car l’H.E le ronge en quelques semaines. Un compte-gouttes intégré au flacon permet de limiter les erreurs de dosage.  La lumière, tout comme l’oxygène, dégradent l’H.E et oxydent les molécules en provoquant la rupture des liaisons doubles du terpène, rendant l’H.E collante et résineuse. Cette dernière perd ainsi en qualité du fait de la production de radicaux peroxyde (stress oxydant cutané). Un flacon en verre teinté et foncé protège l’H.E des rayonnements solaires. Les flacons de couleurs bleue, bien que jolis, sont à éviter car ils sont moins opaques que des flacons bruns ou ambrés. Tous les flacons d’H.E doivent se garder dans un endroit sec en milieu réducteur  (à l’abri de toute trace d’humidité), frais (loin des sources de chaleur), dépourvu de toute lumière, même artificielle et à l’abri du froid également ; ce dernier peut en effet altérer certaines H.E comme celle de rose qui se solidifie lorsque la température passe en-dessous de 12°C, ainsi que l’H.E de menthe poivrée qui se cristallise sous forme de paillettes. L’introduction de petites billes de verre dans un flacon entamé réduit le contact entre l’H.E et l’air au fur et à mesure de son utilisation.

Quelques conseils pratiques :

  • Privilégier les petits flacons (d’une contenance variant de 5 à 15 ml) plutôt que les grands.
  • Ne jamais coucher un flacon : le conserver en position verticale.
  • Ne laisser jamais un flacon d’H.E sur une surface peinte ou cirée car les composés chimiques de l’huile peuvent l’endommager. (Sauf flacon en verre).
  • Eviter les endroits trop humides : privilégier des endroits dans lesquels la température reste stable.
  • Garder hors de portée des enfants et des animaux.

Une H.E périmée change radicalement d’aspect et d’arôme, elle devient trouble et plus épaisse. En cas de doutes, il est préférable de jeter le flacon. Concernant un mélange d’H.E avec une huile végétale, le flacon doit se conserver au réfrigérateur pendant une durée maximale de 6 mois en y ajoutant quelques gouttes de vitamine E (anti-oxydantes). En effet, l’huile végétale (H.V) subit rapidement un rancissement. Il vaut mieux réaliser le mélange juste avant l’utilisation. Lorsqu’il reste une petite quantité d’H.E et que le flacon devient trop grand pour son contenu, transférer l’H.E dans un contenant plus petit évite le contact d’une trop grande quantité d’oxygène avec l’huile. Dans ce cas, l’étiquetage du nouveau flacon demeure indispensable pour limiter les risques de confusions.

Les flacons d’H.E ne doivent pas se conserver au même endroit que les tubes d’homéopathie : les H.E (en particulier celles de menthes et d’eucalyptus) risquent en effet d’inhiber fortement voir totalement l’activité des granules. Pour les mêmes raisons, il ne faut jamais prendre simultanément des H.E avec des granules d’homéopathie.

Tout comme les médicaments, certaines H.E s’administrent préférentiellement le matin, d’autres le soir pour une efficacité optimale.

L’heure à laquelle s’utilise une H.E dépend de ses propriétés mais aussi des effets recherchés :

  • Appliquer ou conseiller les H.E toniques (bois de Hô, romarin, pin, thym, etc.) de préférence le matin pour un effet bénéfique tout au long de la journée.
  • Les H.E décontractantes (lavande, marjolaine, mélisse, orange, etc.) s’utilisent le soir après 18 heures pour favoriser l’endormissement.
  • Les H.E qui améliorent la circulation (cyprès, hélichryse, palmarosa, etc.) s’appliquent 3 fois par jour : le matin, vers 17 heures et au coucher, afin de répartir l’effet de l’H.E dans la journée.
  • Les H.E riches en phénols (origan d’Espagne, clou de girofle, thym à thymol, etc.) ne doivent pas s’administrer après 17 heures car elles peuvent provoquer des insomnies.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s